Bon fils - pascal Bruckner

Perplexité et stupéfaction ! Voilà les sentiments que me laissent ce livre bouleversant -et même terrifiant d'une certaine façon- au moment où je le ferme. J'ai l'impression d'avoir essuyé une tempête à la proue d'un bateau ! Comment expliquer une telle dégradation, animosité et toxicité dans une des plus belle relation humaine qui devrait être ; celle d'un parent et son enfant. Curieux déjà que Pascal Bruckner, qui déteste les biographies (on se demande pourquoi parce que c'est passionnant les biographies) ait fini par écrire la sienne ; une sorte de boutade malsaine au lecteur ? ou plutôt un exutoire à la mort de ce père détesté en 2012. Il faut dire, que c'est une façon comme une autre -mieux sans doute car plus pondérée- de vomir l'indigeste, les paroles dégradantes, humiliantes d'un père qui n'aura cessé de son vivant de le rabaisser sans cesse et jusqu'au cynisme, rajouter comme un baroud final à la révolte à son âme-défendante de son fils

-Ma vengeance c'est que tu me ressembles ! (Quel père peut dire ça!)

Ce à quoi, l'auteur se débat de plus belle, comme pour échapper à la malédiction paternelle

Nooooon ! "Je suis sa défaite ! Mon père m'a élevé dans l'exécration d'autrui, le dégoût de l'humanité, j'ai choisis de me vouer à la célébration ; la beauté du Monde et des Êtres ne cessera jamais de me suffoquer

-Les gens sont beaux papa, ce sont tes yeux qui sont laids"! 

Un livre tragique et invraissemblable.

Et derrière le mépris, la rage, ce récit est l'aveu à demi-formulé d'un amour impossible, un Tombeau d'effroi et de pardon (quatrième de couverture).

Auteur : Pascal Bruckner (1948) romancier et essayiste français

Edition : Grasset 2014